Mr Mercedes : des bisous sur la grande roue

Mr Mercedes des bisous sur la grande roue

ATTENTION : cet article fait partie de la rubrique « lisons ensemble ! » et contient des SPOILERS sur le livre présenté. Si vous n’avez pas lu ce livre, je vous conseille vivement de passer votre chemin. 

Pour en savoir plus sur cette rubrique, c’est ici

Épisode précédent :

L’appel des morts

 

Des bisous sur la grande roue

Me voici arrivée à la fin de Mr Mercedes. J’ai décidé de traiter toute la fin d’un bloc car les deux chapitres suivants (la proclamation et une Mercedes bleue) sont trop courts pour faire l’objet d’une analyse à eux seuls.

Cette dernière ligne droite est très bien menée. Le suspens est très prenant et il est difficile de s’arrêter à la fin d’un chapitre tant on a envie de connaître la suite.

compte-reboursUn rythme soutenu

La fin du roman est construite sur un double compte à rebours :

– Hodges décide au chapitre 1 que c’est le dernier jour. Il se donne 13 heures pour arrêter le tueur, sinon il dira tout à son ex-coéquipier.

– Brady compte aussi les heures avant sa mort. Il lui reste 12 heures avant l’obscurité.

Une fois de plus, les deux personnages sont mis en parallèle, ce qui accentue leur relation. Au chapitre 13, alors qu’il est en train de fouiller la maison de Brady, Hodges se demande si Brady est « planqué, en train de décider quoi faire ensuite », et il remarque que cela « ressemble un peu trop à ce qu’ [il fait lui-même] ». Dans leur obsession, les deux personnages en arrivent à se ressembler. Ils sont aussi proches dans leur réflexion. C’est ainsi qu’Hodges déduira que Brady a mis sa voiture, trop facilement repérable, dans un parking.

Un autre élément accentue cette sensation d’urgence : Hodges souffre d’une douleur à l’épaule qui n’augure rien de bon et qui va s’intensifier jusqu’à la fin du livre. Il est en train de faire un infarctus et refuse de se faire soigner pour se consacrer à sa traque.

 

Le tueur est démasqué

L’équipe constituée par Hodges, Jérôme et Holly remonte la piste de Brady.

Holly a compris que le dépanneur de Mrs Trelawney travaillait chez Electronix Discount en vérifiant les spams de son ordinateur.

De son côté, Hodges a fait passer Jérôme pour un avocat pour obtenir cette information.

Sur le site internet du magasin, ils voient les photos des trois techniciens. Jérôme a un déclic quand Holly dit qu’elle aimerait manger une crème glacée : il pense tout de suite à Mister Délice.

Hodges comprend alors ce qui voulait sans cesse remonter dans son esprit : sa voisine un peu dingue lui avait bien dit que le marchand de glaces était tout le temps dans les parages. Il ressent alors la culpabilité de ne pas avoir compris plus tôt : il aurait certainement sauvé la vie de Janey.

Des éléments supplémentaires sont révélés sur la personnalité de Brady : les photos de sa mère en sous-vêtements présentes dans son ordinateur confirment ses pulsions déviantes. De plus, Holly comprend que tous les ordinateurs du sous-sol ne servent pas vraiment à grand chose. Ils ne sont là que pour faire « comme si » le tueur était au milieu d’un centre de contrôle. Brady fait semblant tout le temps. il veut donner l’illusion d’un contrôle qu’il n’a pas vraiment.

 

ticket concertUn suspens savamment entretenu

Pendant toute cette partie, Stephen King multiplie les allusions au fait que la mère et la sœur de Jérôme sont en danger. Cette idée était d’ailleurs évoquée dans la partie précédente.

Au chapitre 20, Stephen King nous refait le coup de la prolepse angoissante en nous informant que Hodges dit  » quelque chose qui le hantera le reste de sa vie » quand il affirme à Jérôme que sa mère et sa sœur ne courent aucun danger au concert. Pourtant le jeune homme éprouve un pressentiment très négatif.  Le lecteur est alors persuadé que leur arrêt de mort est signé.

Au chapitre 21, Hodges se ravise et veut dire à Jérôme d’empêcher sa mère et sa sœur d’aller au concert mais Jérôme l’interrompt pour lui dire qu’il a trouvé quelque chose sur internet : une foire à l’emploi aura lieu le week end, ce qui oriente vers une autre direction. Brady pourrait vouloir « boucler la boucle  » en finissant comme il a commencé : un massacre de personne cherchant un emploi. De plus, le message que Hodges trouve sur le parapluie bleu de Debbie confirme cette hypothèse, Brady évoquant un super week-end. Une fois de plus, le destin semble être en marche.

Les indices de la mort de la mère et de la sœur de Jérôme se multiplient au chapitre 30 : tout est trop beau, le bonheur des fillettes, l’exaltation nostalgique de la mère. De plus, elles voient Brady dans son déguisement de personne handicapée et ont pitié de lui, ce qui relève d’une ironie typiquement Kingienne.

Au chapitre 31, Hodges, Jérôme et Holly découvrent un mail de confirmation pour l’achat d’une place pour le concert et comprennent qu’ils ont fait fausse route. Il ne leur reste que très peu de temps pour agir.

La tragédie si bien installée finit pourtant par s’enrayer. Tout le monde est sauvé au dernier moment. Bien joué Steve !

 

La métamorphose d’Holly

Le personnage d’Holly est vraiment la réussite de ce roman. Tout à fait insignifiant au début, il prend vraiment de l’épaisseur. Cette femme très perturbée se révèle très utile dans l’enquête et se montre souvent beaucoup plus solide qu’on pourrait le croire. C’est le personnage qui connaît la plus grande évolution. A la fin du livre, elle apparaît changée physiquement (nouvelle coupe de cheveux), socialement (elle vit seule grâce à l’argent que Janey lui a légué) et psychologiquement (elle s’est affranchie de l’autorité maternelle).

Symboliquement, elle a récupéré la Mercedes grise de Ollie et l’a fait repeindre en bleu (la couleur de l’oubli selon elle). Encore une fois, la voiture joue un rôle symbolique et représente son propriétaire. Holly a aussi un lourd passé et a subi une transformation  pour essayer de le dépasser.

 

questionLe final

La fin du roman sonne comme une sorte de happy end : Jérôme et Holly reçoivent une médaille, Hodges ne sera pas inquiété pour obstruction à l’enquête et exercice illégal de son métier, les spectateurs du concert sont sauvés.

Cependant,  même en oubliant que la suite est déjà en route, on peut se poser des questions.

La fin est tout de même un peu attendue. Le méchant qui sort du coma, ce n’est pas vraiment original. Dans quel état sera-t-il ? Voudra-t-il se venger ? Certainement. La traque reprendra de plus belle, ça ne fait aucun doute.

Mais un autre élément m’a intéressée. On sait que, suite à l’obtention de leur médaille,  Holly et Jérôme ont le droit de bénéficier gratuitement des services de la ville pendant 10 ans, or nous savons que chez Stephen King, rien n’est jamais gratuit. Ils vont sans doute devoir payer dans la suite de l’histoire… et sans doute très cher.

 

Verdict

Mr Mercedes est un roman policier prenant et bien mené. Je ne suis pas amatrice du genre mais j’ai aimé suivre ce jeu du chat et de la souris entre le vieux flic et le tueur psychopathe.

King reprend les clichés du genre et s’en amuse, créant une connivence très plaisante avec son lecteur. les personnages sont attachants et vraisemblables.

J’attends donc la suite avec impatience !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Miss Tcharafi

Mi-femme, mi-cyborg, je jongle entre Hi-Tech, littérature et cosmétiques. J'ai un avis sur tout et je le partage volontiers, d'autant plus que j'ai toujours raison. Mon but ultime est d'être Terminator avec du gloss.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *