Mr Mercedes : l’appel des morts

Mr Mercedes l'appel des morts

ATTENTION : cet article fait partie de la rubrique « lisons ensemble ! » et contient des SPOILERS sur le livre présenté. Si vous n’avez pas lu ce livre, je vous conseille vivement de passer votre chemin. 

Pour en savoir plus sur cette rubrique, c’est ici

Épisode précédent :

Appât empoisonné

 

L’appel des morts

Une nouvelle partie très longue puisqu’elle ne compte pas moins de 31 chapitres ! Les grandes lignes continuent à être développées et de nouveaux éléments se mettent en place.

 

L’événement principal de cette partie est la mort de Janey. Cette mort ne prend pas vraiment le lecteur au dépourvu car beaucoup d’allusions l’annoncent.

bird-254570_640La mort de Janey

Cette mort est préparée dans le livre par plusieurs indices (et je l’avais bien sentie venir, comme je le mentionnais dans mon dernier article)

Dès le début du chapitre 8, on sent qu’un truc terrible va arriver. Et cela concerne sûrement Janey parce que la première phrase annonce qu’ « ils sont tellement heureux d’être ensemble »  Ce bonheur là se paie toujours …

La fatalité est soulignée par l’utilisation du plus que parfait avec « même si »et du conditionnel. Janey et Hodges n’ont aucun moyen d’éviter ce qui va suivre.

Au chapitre 13, Janey confie à Hodges qu’elle va retourner en Californie parce qu’elle a besoin d’un nouveau départ. Cette idée de départ a une résonance vaguement déplaisante. On peut déjà penser à un départ définitif.

Le chapitre 15 commence de façon bien trop douce et optimiste. Tout d’abord, l’insistance sur la date, le mercredi 12 juin 2010, est suspecte. Cette date sera sans doute très importante. La mention d’ « un jour d’été parfait » sonne aussi comme une menace : la perfection n’est jamais innocente chez Stephen King … La phrase finale du chapitre ressemble à une plaisanterie macabre : Janey espère que Hodges sera à l’heure, « sinon elle le tue ». C’est Hodges qui est censé vivre ses dernières heures mais un retournement de situation pourrait avoir lieu.

Au chapitre 16, on apprend que Janey est amoureuse d’Hodges. Cette histoire est décidément trop belle pour durer, et surtout, elle intervient trop tôt dans la narration. Le vieux flic doit rester solitaire. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser au destin de Mattie dans Sac d’os qui, elle aussi, tombe amoureuse d’un homme plus âgé qu’elle.

Dans le même esprit, l’hommage de Janey à sa mère  semble prémonitoire lorsqu’elle dit : « j’aurais aimé qu’on ait un peu plus de temps ».

Ananke

représentation de l’Anankè

A partir de là, les événements vont s’enchaîner comme dans une tragédie grecque: l’Anankè est en marche.

Au chapitre 16, Hodges surveille la circulation mais ne voit pas la Subaru de Brady.

Au chapitre 18, suite à une crise d’angoisse d’Holly, Janey propose à Hodges de monter avec la jeune fille et sa famille, pendant qu’elle se chargera de ramener sa voiture.

Au chapitre 19, Brady voit Hodges et Janey se diriger vers la voiture, mais le soleil se reflétant dans le pare-brise l’empêche de voir le conducteur.

Au chapitre 20, la mort de Janey est annoncé par une prolepse : « le dernier son qu’elle émet sur cette terre […] est un rire » puis une ellipse : « le monde vire au blanc ».

Si cette mort paraît bien édulcorée dans un premier temps, Stephen King revient vite à ses habitudes en ne nous épargnant aucun détail macabre au chapitre 21. Il nous donne ainsi à imaginer une « chaussure à talon noire au milieu d’une flaque de sang », un « bras sectionné dans une manche fumante gisant dans le caniveau comme un détritus abandonné ». Ce qui est jeté au visage du lecteur ici, c’est toute l’horreur de voir une personne aimée se résumer à des fragments de corps, à des morceaux de chair sans lien.

Suite à ce meurtre, la détermination d’Hodges pour coincer le tueur est décuplée.

 

Le plan de Hodges

Hodges a mis en place un plan très élaboré pour coincer le tueur à la Mercedes. Il se sait menacé et se montre prévoyant : au chapitre 1, il confie à Janey et à Jérôme un dossier avec ses notes au cas où il lui arriverait quelque chose.

Enquêter sur les vols de voitures

Comme il l’avait dit auparavant, il va se pencher sur les vols de voitures.

Au chapitre 9, il raconte à Janey qu’il a appelé une collègue pour qu’elle vérifie les antécédents de vols de voiture. Une douzaine de voitures  a été cambriolée en centre-ville à partir de septembre 2007. Hodges se rapproche, l’étau se resserre autour du tueur.

Au chapitre 15, l’ancien flic veut interroger les victimes de vols de voitures pour savoir s’ils ont repéré quelqu’un qui les observait. Il pense que le tueur a observé ces gens tout comme il l’observe. A ce moment là, une idée remonte presque à la surface mais la réflexion d’Hodges n’aboutit pas. C’est tragique car il aurait pu comprendre.

mailProvoquer le tueur

Au chapitre 22, Hodges demande à Jérôme d’envoyer un message sur le parapluie bleu de Debbie pour que le tueur sache qu’il est toujours vivant.

Au chapitre 23, Brady reçoit le message. Celui-ci est composé de plusieurs éléments :

– des provocations : « loupé », « trou du cul », « fifille à sa môman », « on dit criminel et pas créminel »

– une menace : « je vais te tuer »

– des informations : « je sais comment t’as ouvert la Mercedes », « j’ai la liste de toutes les voitures que t’as braquées entre 2007 et 2009 »

Hodges pense qu’un homme qui fuit est plus facile à attraper qu’un homme qui se cache. Et il atteint son but car, au chapitre 23, Brady pense que sa maison n’est plus sûre.

Dissimuler ses liens avec le tueur

Hodges est toujours capable d’anticiper les actions du tueur. Ainsi, au chapitre 2, il pense que celui-ci pourrait être présent à la présentation du corps et à la cérémonie pour la mère de Janey car le tueur pourrait être présent (bonne déduction, Brady y sera bien). Il est très important que personne ne soupçonne que Hodges et le tueur à la Mercedes entretiennent des rapports particuliers.

C’est pourquoi, au chapitre 22, il appelle Jérôme pour lui donner des instructions : il doit affirmer qu’il ne savait rien de l’affaire du City Center et qu’il ne connaissait ni Olivia, ni Janey.

Au chapitre 24, Hodges se retrouve en salle d’interrogatoire avec Pete Huntley et sa coéquipière Isabelle Jaynes. La victime  étant la soeur d’Ollie, le lien avec le tueur à la Mercedes émerge. Hodges nie, mais Isabelle montre l’acuité de son intuition en demandant à Hodges s’il a rencontré Janey en enquêtant sur le City Center.

Pour noyer le poisson, Hodges dit à Pete qu’ils ont peut-être été injustes avec Ollie, qu’il a trouvé des renseignements sur le vol à la volée sur internet et qu’il a rencontré Janey quand il a voulu poser des questions à la mère de Mrs Trelawney.

Il essaie ensuite de les orienter sur une fausse piste en mentionnant la famille Abbascia qu’ils ont coffré en 2004 pour trafic d’armes. Il insiste sur le fait que le tueur ne pouvait pas savoir qu’il s’intéressait à lui. Isabelle, encore une fois très perspicace, lui demande s’il couchait avec Janey, Hodges nie en mettant en avant son âge et sa corpulence.

Alors qu’Hodges quitte la pièce en pensant avoir réussi son coup, Pete lui dit qu’il sait qu’il lui cache quelque chose, ce qui risque de compliquer la suite des opérations.

Au chapitre 31, Hodges sent que des connexions doivent se faire. Il se souvient d’une phrase de M. Bowfinger : « elle croit qu’ils sont parmi nous » mais n’approfondit pas davantage. C’est dommage car, encore une fois, il est proche. Il pense aussi que le tueur a encore des explosifs, ce qui implique qu’il risque de recommencer.

Un personnage inattendu va apporter son aide à Hodges : Holly.

 

Holly

La jeune femme névrosée va prendre une place importante dans ce chapitre, de façon involontaire d’abord, puisque c’est à cause d’elle que Janey trouve la mort dans la voiture d’Hodges, puis par ses actions .

pilules

Que trouve-t-on dans la pharmacie d’Holly ?

Un rôle passif

Au chapitre 14, Hodges discute avec elle devant le salon funéraire. Il remarque qu’elle a la même façon de se mordre les lèvres qu’Ollie et il en déduit qu’elle aussi prend des médicaments. C’est à ce moment qu’Hodges pense qu’Holly n’a rien pour elle « pas la moindre lueur d’intelligence, pas un pet de jugeote ». Au détour d’une nouvelle prolepse mystérieuse, le narrateur précise qu’ « il en viendra à regretter ce jugement ». Pourquoi ? Va-t-elle montrer des facultés insoupçonnées ou mourir elle aussi ?

La jeune femme souffre de relations familiales catastrophiques. Au chapitre 18, alors qu’elle fait un malaise, sa mère, au lieu de prendre soin d’elle, lui reproche de vouloir être au centre de l’attention. Cette situation va provoquer une crise d’angoisse, qui va provoquer la demande d’Holly de monter dans la voiture d’Hodges auquel elle s’est attachée, et c’est le refus de sa mère qui va amener la proposition de Janey qu’Hodges monte dans la voiture des parents d’Holly, et donc sa mort dans la voiture de celui-ci.

Une participation active

Mais Holly va aussi jouer un rôle plus actif, devenant une précieuse allié pour le vieux flic. Au chapitre 21, Hodges va lui donner plusieurs instructions alors qu’elle semble en état de choc. Il lui demande :

– de ne dire à personne qu’il aimait Janey

– de lui donner son numéro de téléphone

– de dire à ses parents qu’elle peut rester seule quand ils iront au commissariat

Il pense qu’Holly ne comprend pas ce qu’il lui demande, mais celle-ci parvient à se ressaisir et à lui donner son étui à lunettes sur lequel est imprimé son numéro de téléphone.

Elle va aussi révéler des compétences inattendues.

Au chapitre 28, Holly attend Jérôme en pyjama et robe de chambre. Pour une raison inconnue, elle est ravie que le jeune homme soit noir et elle le conduit à l’ordinateur. C’est là qu’elle va se révéler.

Au chapitre 29, Holly aide Jérôme. Elle semble avoir de solides connaissances en informatique qu’elle justifie en disant avoir pris des cours par correspondance sur Skype. Les jeunes gens commencent à sympathiser, notamment grâce à une référence à Casablanca. L’attitude de Holly change radicalement : elle est sûre d’elle et oublie ses tics.

 

L’ordinateurvieil ordinateur

Cet objet est central dans l’identification du tueur car il constitue un lien physique avec celui-ci.

Au chapitre 1, Hodges montre qu’il a compris pour l’ordinateur ou qu’il s’en doute fortement quand il dit qu’Olivia a peut-être vraiment entendu des fantômes  et qu’il s’agit peut-être d’un moyen de remonter jusqu’au tueur.

C’est Jérôme qui se chargera de fouiller dans les fichiers pour trouver la preuve.

Au chapitre 29, le jeune homme s’aperçoit que l’ordinateur était très peu sécurisé car le mot de passe de l’ordinateur était écrit au marqueur sous le clavier. Jérôme cherche en vain un fichier « pleurs de bébé », mais c’est Holly qui le trouve. La date d’installation du programme est le 1er juillet de l’année passée.

Le système était complexe car un autre programme permettait de contrôler à distance l’ordinateur. Le programme son a ainsi été désactivé après la mort d’Ollie. Les deux jeunes gens comprennent que son technicien informatique a dû installer ce programme. Mais cela ne les aide pas beaucoup car il y a beaucoup de techniciens en ville.

Au chapitre 30, Jérôme révèle à Hodges que le carnet d’adresse d’Ollie a été effacé. Cependant, ils se demandent tous deux pourquoi et comment la carte de visite du technicien a disparu.

C’est au chapitre suivant qu’Hodges comprend qu’il n’y a pas de carte de visite parce que le technicien n’est pas indépendant mais employé d’une société.

L’ordinateur n’est pas le seul objet important dans cette partie.

 

Des objets symboliques

borsalinoLe Borsalino

Au chapitre 1, on assiste à une intronisation de Hodges dans son  rôle de détective privé par le cadeau que lui fait Janey : un Borsalino (que Jérôme essaie d’ailleurs symboliquement).

Au chapitre 7, Janey dit « ce chapeau c’est toi ». Cette réflexion est particulièrement ironique car elle mourra à cause de ça.

Au chapitre 18, Janey prend le chapeau.

Au chapitre 19, Brady voit juste une personne qui porte le chapeau car il est ébloui par le soleil, ce qui cause sa méprise.

Les voitures

Jeep_Wrangler_YJ_Rio_Grande

Une Jeep Wrangler

La voiture de Jérôme est une Jeep Wrangler d’occasion mais en bon état de marche. Il s’agit donc d’une voiture tout terrain. polyvalente, tout comme le jeune homme qui a bien plus d’une corde à son arc.

La voiture de Brady est une Subaru « couleur boue » (on l’apprend au chapitre 8). Cette couleur boue me paraît assez révélatrice. Elle renvoie sans doute à la couleur de l’âme de son propriétaire.

 

Brady

Le personnage de Brady poursuit sa descente aux enfers. Sa santé mentale continue de se détériorer et seul son instinct meurtrier semble le maintenir sur les rails.

Le secret 

Stephen King nous tient en haleine depuis le début du livre avec ce secret. Il est temps d’en savoir plus.

Au chapitre 5, une analepse apporte enfin une réponse à toutes nos interrogations.

Un meurtre prémédité

Brady avait un frère, de 5 ans son cadet qui se nommait Frankie. Un soir, ce dernier, âgé de 3 ans, s’étouffe avec un morceau de pomme. Sa mère ne peut retirer le morceau coincé dans la gorge de l’enfant (serait-ce ici un clin d’œil macabre à la mort de Kate dans  Julia de Peter Straub ?) et celui-ci est emmené d’urgence à l’hôpital. Hélas, Frankie tombe dans le coma et se réveille avec des lésions cérébrales irréversibles : il porte des couches, son vocabulaire se réduit à une douzaine de mots, il se traîne en boitant dans la maison, s’endort dans la journée mais se promène la nuit, il ne consomme qu’une alimentation mixée et boit dans une tasse de bébé. La mère de Brady se retrouve sans ressources devant ce drame. Le peu d’économies qu’elle avait disparaît, elle arrête de travailler et se met à boire.

Un soir, la mère de Brady jette le camion de Frankie dans l’escalier du sous-sol et demande à Brady d’allumer la lumière pour qu’il le voie. Frankie s’engage dans les escaliers. La mère regarde Brady ,hoche imperceptiblement la tête (en tout cas, c’est ce dont il se souvient mais peut-être l’a-t-il imaginé ?) et Brady pousse son frère au pied de l’escalier. L’enfant est grièvement blessé mais au lieu d’appeler du secours, sa mère l’étouffe avec un coussin.

La mère et le fils étaient donc complices dans un  meurtre exécuté de sang froid.

OedipeUn Œdipe mal résolu

Comme nous l’avons déjà évoqué, la relation de Brady avec sa mère était franchement incestueuse. Ce récit met en lumière la genèse de ce lien malsain.

On apprend notamment que le père de Brady est mort électrocuté quand Brady avait 8 ans et son frère 3 ans. Brady et sa mère ont une relation très exclusive, renforcée par l’absence du père. D’ailleurs, il est clairement dit que Brady n’aime pas le nouvel ami de sa mère car c’est à lui de prendre la place de son père.

Lorsque sa mère le prend dans ses bras pour lui annoncer que son frère est dans le coma, il est excité par son contact et son parfum. Sa mère a aussi une réaction très étrange lorsqu’elle dit à Brady : « Dieu merci, c’est pas toi mon lapin ».

Le jour de l’enterrement de son frère, Brady ressent sa première grosse migraine et va dormir avec sa mère, ce qui l’apaise.

 Un psychopathe en herbe

Les réactions de Brady témoignent d’un état mental très instable depuis son enfance.

Quand, après la mort de son mari, sa mère reprend son métier de coiffeuse et rencontre un homme, l’enfant cache soigneusement son aversion pour lui (une dissimulation assez inquiétante pour un enfant). Il sourit même à celui-ci en espérant qu’il meure dans un accident de voiture.

Resté à la maison après le départ de sa mère pour les urgences, , Brady propose à la baby-sitter de manger autant de glace qu’elle veut car il aimerait la regarder mourir d’une crise cardiaque.

Il ne conçoit pas que les autres puissent éprouver de la peine pour son frère car il n’en ressent pas. Il se fiche de savoir comment il va.

Brady éprouve des sentiments ambivalents pour son frère : il l’aime et le déteste, ressent du dégoût et de la pitié. Il le frappe et il a peur qu’ils finissent à la rue à cause de l’argent que coûte son handicap.

Ces tendances sociopathes ne s’apaisent pas par la suite, bien au contraire.

Edouard Manet l'homme mort

Edouard Manet : L’homme mort

Ainsi, au chapitre 8, lorsque Brady voit Hodges et Janey sortir de chez le flic, il refuse de croire qu’ils couchent ensemble (commettant ainsi une erreur d’appréciation). Il ne peut tout simplement pas comprendre les liens d’affection et d’amour qui peuvent unir les gens.

Au chapitre 12, il est apaisé par le tableau de Manet qui représente un matador mort, ce qui en dit long sur son état d’esprit.

 

Un autre meurtre

Lorsque Brady voit  l’avis de décès de la mère d’Ollie dans le journal au chapitre 6,  il devine que Hodges sera là à la présentation du corps, à la cérémonie d’hommage et au buffet pour  guetter le tueur. Il est toujours aussi perspicace et habile dans ses déductions.

Il met assez rapidement son plan en place : il va utiliser son truc 2, un appareil qui lui permet de copier le signal d’ouverture de la porte de la voiture, pour entrer dans la voiture du flic.

 

Au chapitre 14, on apprend que Brady conserve sa boîte à chaussures remplie d’explosifs dans un placard (ce qui me rappelle irrésistiblement l’attentat commis par Harold dans le Fléau). Nous comprenons alors que Brady va piéger la voiture d’Hodges, ce qu’il fait effectivement au chapitre 17.

 

Le criL’aggravation de son état mental 

Brady n’était déjà pas un champion de la stabilité mentale, mais son état s’aggrave continuellement. L’idée de la mort devient obsédante :

– Au chapitre 4, on le voit prêt à se suicider pour échapper à ses pensées

– Au chapitre 8, il envisage sa mort au concert le jeudi soir.

– Au chapitre 12, dans un moment de dépression, il envisage de tuer Hodges et de se tuer ensuite.

– Au chapitre 14, il envisage même sa mort avec soulagement.

Parallèlement à ses idées de suicide, il tient un décompte du temps qu’il reste à Hodges : 20 heures à vivre (chapitre 14), 1 heure 30 (chapitre 15), comme si c’était la seule chose qui pouvait le maintenir en vie.

Sa situation domestique est tout aussi perturbée : au chapitre 8, on apprend qu’il dort au sous-sol parce que le corps de sa mère est à l’étage (en dépit de l’air conditionné poussé au maximum) et que le canapé sent toujours le vomi. Quand il rentre chez lui au chapitre 23, c’est toute la maison qui commence à sentir la décomposition.

Chapitre 10, il fait une belle démonstration d’humour tordu quand il téléphone chez le marchand de glaces pour dire qu’il a la grippe et qu’il affirme : « Je grois que z’est ba bère qui be l’a refilée. J’ai dû la bettre au lit », faisant suivre sa déclaration d’un éclat de rire hystérique.

 

Le fantôme

Pour couronner le tout, Brady se met à souffrir d’hallucinations se met à discuter avec le fantôme de sa mère. Au chapitre 6, celle-ci lui recommande d’être prudent, et au chapitre 17, lorsque le tueur piège la voiture de Hodges, elle lui parle et le conseille (ce qui m’évoque encore une fois le Fléau, lorsque le fantôme de Nick aide Tom Cullen à soigner Stu,  et aussi Blaze, avec le fantôme de Georges qui parle à Clayton et l’aide tout au long du roman)

 

 Le concert

Le projet de Brady concernant le concert se précise. Il prémédite soigneusement son prochain attentat.

Ainsi, au chapitre 3, il pense à utiliser son gilet-suicide mais cela présente des difficultés qui lui paraissent insurmontables. Il va devoir redoubler d’ingéniosité pour parvenir à ses fins.

Au chapitre 10, le jeune homme se renseigne sur la salle de concert. Il apprend qu’elle compte 4500 places et qu’elles ont toutes été vendues (le nombre de victimes potentielles est donc très élevé). De plus, au chapitre 2, on a appris que la mère de Jérôme y accompagnera sa fille et ses copines.

Au chapitre 12, il se rend au MACC pour évaluer la situation. Il se rend compte que tous les ouvriers portent des badges et que des agents de sécurité sont présents. Il visite alors le bâtiment et prend conscience qu’il va attirer l’attention car :

– il portera une doudoune matelassée au mois de juin pour dissimuler son gilet explosif

– il ne sera pas accompagné d’une gamine

cordon de séparationC’est alors qu’il voit un écriteau au bout du couloir séparé en deux par des cordons de velours qui lui donne une idée.

Au chapitre 27, il prend une chambre dans un motel. Il a apporté ses explosifs et un mystérieux objet encombrant (je pense qu’il s’agit d’un fauteuil roulant). Il s’est rasé le crâne avec le rasoir de sa mère qu’il a pris au chapitre 23. Il va sans doute se faire passer pour un malade pour entrer au concert par une entrée réservée.

Le lecteur ne peut s’empêcher d’être épouvanté à l’idée du nouveau massacre projeté par Brady.

Mr Mercedes hypothèses

Hypothèses de lecture

Au chapitre 1, quand Jérôme présente ses condoléances à Janey pour sa mère et sa sœur, il dit : « si je perdais la mienne, je serai le garçon le plus malheureux du monde » Cette affirmation est-elle prophétique ?

Au chapitre 3, on trouve encore une mention de la fille de Hodges qui n’est pas venue depuis 2 ans. Va-t-elle jouer un rôle dans la suite de l’histoire ?

Au chapitre 29, Jérôme prend la main de Holly quand ils entendent le fichier du bébé qui pleure. Leur relation va-t-elle évoluer ?

 

Dernier épisode : des bisous sur la grande roue

 

A bientôt pour la suite de la lecture de Mr Mercedes !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Miss Tcharafi

Mi-femme, mi-cyborg, je jongle entre Hi-Tech, littérature et cosmétiques. J'ai un avis sur tout et je le partage volontiers, d'autant plus que j'ai toujours raison. Mon but ultime est d'être Terminator avec du gloss.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *