Categories: Hi Tech

Overboard, Gyroboard, gyropode … ça glisse tout seul !


Dans la série gadget, je vous présente ma dernière lubie : L’overboard.


Tout a commencé par une fascination compulsive pour le monocycle électrique.

Hélas, celui-ci s’est révélé trop difficile à dompter. Le sens de l’équilibre n’étant pas ma caractéristique la plus développée, j’ai préféré me diriger vers quelque chose de plus stable. Ayant repéré des passants sur des overboard, j’ai décidé de sauter le pas moi aussi.

Overboard, gyroboard, gyropode, balance board, smartwheel balance ou encore skateboard électrique ?

Et là, tout de suite, je me heurte à un problème sémantique majeur.

La bestiole n’a en effet pas de nom vraiment défini. Il semblerait qu’elle soit une évolution du gyropode, le guidon en moins.

Toutefois, certains préfèrent l’appeler overboard en référence au skateboard volant de Retour vers le Futur.

Quoiqu’il en soit, ces termes désignent souvent le même objet, celui-ci :

Mon overboard est super bien camouflé sous le noir

Deux roues, deux parties mobiles articulées autour d’un axe central. Les modèles se ressemblent tous, seules les couleurs diffèrent. Il semble y avoir une bonne raison à cela : tous les overboard seraient fabriqués par la même usine, seuls les noms changeraient …

 

Caractéristiques de l’engin

Là encore, les données changent selon les sites, mais on retrouve toujours grosso modo la même chose.

Le poids tourne autour des 10 kilos, ce qui est encore un peu lourd quand il s’agit de porter l’overboard à la main.

La vitesse maximale est d’à peu près 15 km/h.

Le temps de charge est d’environ 3 heures.

L’autonomie varie entre 20 / 25 km selon le poids de l’utilisateur et le mode de pilotage. Les montées ou les pentes, les freinages répétés peuvent aussi influer sur cette autonomie.

L’indicateur de charge

La charge se fait grâce à un adaptateur. Un bouton poussoir permet de l’allumer.

 

Différents modèles

Trois modèles sont disponibles :

L’original 

Particulièrement adapté aux surfaces planes, c’est le modèle idéal pour débuter. C’est d’ailleurs celui que je vous présente.

Le connecté

Il dispose d’enceintes bluetooth (idéal pour affirmer son style musical dans la rue en méprisant souverainement la quiétude des autres piétons … avez-vous déjà remarqué que la qualité de la musique écoutée est souvent inversement proportionnelle au volume sonore employé ? Avez-vous déjà entendu quelqu’un écouter du Debussy à fond dans sa voiture ?)

Les suspensions sont plus souples et sa base est légèrement surélevée, ce qui augmente le confort et permet de surmonter plus facilement certains obstacles.

Le tout terrain

Muni de roues gonflables de 10 pouces, il est plus adapté aux terrains accidentés. Il permet de braver les trottoirs et les pelouses,  et comme il est équipé de haut-parleurs bluetooth, il permet lui aussi de polluer l’atmosphère auditive (mais non, je ne suis pas obsessionnelle…)

Certains modèles disposent d’une télécommande, ce qui peut être très pratique pour allumer ou éteindre l’overboard sans se baisser.

Dompter la bête

Il ne faut pas se laisser impressionner par les vidéos de chutes qui pullulent sur internet.

Les premières tentatives sont un peu effrayantes, mais on prend très vite le coup. Au début, le mieux est de s’aider d’une chaise, d’un mur ou d’une personne compatissante pour monter sur l’overboard.

Et surtout ON DESCEND EN ARRIERE ! A moins que vous ne teniez vraiment à tenter la chute acrobatique …

Une bonne astuce est d’essayer avant tout de trouver son équilibre avant d’essayer d’avancer. Une fois que vous pouvez tenir debout sur la planche, le plus dur est fait. Je vous conseille de vous tenir droit, le regard fixé au loin et de vous concentrer sur votre centre de gravité.

Ensuite, il faut bien comprendre le système : poids porté a l’avant = j’avance, poids porté à l’arrière = je recule.

Les deux parties de l’overboard étant articulées autour d’un axe central, les virages se font de manière très instinctive. Il suffit de faire porter son poids du côté où on veut tourner.

20 minutes sont nécessaires pour apprivoiser votre nouvel ami. Après, ça roule !

A l’extérieur, il faut toutefois se méfier des accidents du terrain (fissures, bosses, cailloux ..) qui peuvent se révéler sournois. L’astuce est de bien raidir les jambes et de ne pas ralentir.

Verdict

Facile à apprivoiser et franchement amusant, l’overboard est un moyen de transport qui peut se révéler très intéressant sur les courtes distances et en ville.

Un inconvénient important reste tout de même son poids. Il est difficile de le tenir à la main quand on entre dans un magasin par exemple, et le porter dans les escaliers peut être contraignant.

Je n’ai pas essayé la version tout terrain qui me semble toutefois très prometteuse pour éviter de descendre de la planche à chaque trottoir.

Et contrairement à ce que certains pourraient penser, l’overboard permet de muscler les mollets, les cuisses, les fessiers et les abdos. On le sent bien après en avoir fait un moment. Ce n’est donc pas une excuse pour éviter tout effort … enfin, pas tout à fait !

Miss Tcharafi @MissTcharafi

Mi-femme, mi-cyborg, je jongle entre Hi-Tech, littérature et cosmétiques. J'ai un avis sur tout et je le partage volontiers, d'autant plus que j'ai toujours raison. Mon but ultime est d'être Terminator avec du gloss.

View Comments

  • Ces gadgets commence de plus en plus à révolutionner le comportement des gens en terme de déplacement. En effet, ça commence d’être normal de voir des gens qui prennent ces moyens de transport pour se promener, ou bien carrément aller au travail

Share
Published by
Miss Tcharafi @MissTcharafi
Tags: Hi Tech

Recent Posts

TooGoodToGo, une application économique et écologique

TooGoodToGo, une belle idée Dans le cadre de ma quête de bons plans et d'applications pour faire des économies en…

8 mois ago

Swagbucks, bon plan ou arnaque ?

Swagbucks, qu'est-ce que c'est ? Toujours à l’affût de bons plans, j'ai découvert il y a quelques temps une application…

10 mois ago

Comme j’aime … ou pas !

Comme j'aime, qu'est-ce que c'est ? Suite à un bombardement médiatique intensif (vous avez réussi à échapper à leurs pubs…

1 an ago

Sleetch, le wish français ?

Sleetch : Qu'est-ce que c'est ? Sous ce nom à consonance d'onomatopée anglo-saxonne se cache un projet bien français. Sleetch est…

2 ans ago

Mobeye, gagner de l’argent ou perdre du temps ?

Mobeye, qu'est-ce que c'est ? Tout comme Roamler, Bemeye et Streetbees, Mobeye est une application qui propose de gagner de…

2 ans ago

Roamler, un bon plan pour arrondir ses fins de mois ou une arnaque ?

Roamler, qu'est-ce que c'est ? Tout comme Bemyeye, Mobeye et Streetbees, Roamler est une application qui propose de gagner de…

2 ans ago