Mes séries fantastiques préférées : le top 10

Séries fantastiques

Comme je l’ai déjà dit ici, j’aime beaucoup les séries. Et parmi les séries, ma préférence va aux séries fantastiques. J’aime toutes les possibilités qu’elles explorent, le fait de pouvoir rêver, d’avoir peur, d’imaginer d’autres mondes, d’élaborer des « et si… ? »

Ici encore, j’ai renoncé à un classement par ordre de préférence pour adopter un classement chronologique.

série Doctor Who1. Doctor Who (1963)

Sans hésiter, pour moi, c’est LA série fantastique par excellence. Tous mes ingrédients favoris y sont présents : le fantastique bien sûr, l’aventure, l’humour, les monstres ( avec un aspect kitsch bien assumé), les voyages dans le temps …

Le Docteur est un extra-terrestre, seigneur du temps, originaire de la planète Gallifrey. Deux coeurs battent dans sa poitrine. Il est immortel et possède le don de se régénérer (changer de corps) lorsqu’il est gravement blessé. Cette trouvaille scénaristique géniale permet à la série de ne pas être dépendante de son acteur principal. Depuis le début, le docteur a connu 12 (ou 13 selon les interprétations) incarnations.

Le Docteur se déplace dans son TARDIS (Time And Relative Dimension In Space), qui a l’apparence d’une cabine téléphonique bleue et qui lui permet de voyager dans le temps et l’espace. Fondamentalement non-violent et doué d’une grande empathie, il se tire de situations très complexes grâce à son intelligence et à sa maîtrise de la parole (et aussi à son tournevis sonique). Il voyage la plupart du temps en compagnie d’un humain (souvent une femme) qui partage ses aventures.

La série a connu un reboot en 2005 après 16 ans d’interruption. Doctor Who a ainsi trouvé un nouveau public, plus jeune. Pour la première fois, les rapports entre le Docteur et sa compagne (Rose Tyler) évoluent, se transformant en relation amoureuse. Cette histoire d’amour est d’ailleurs une des plus belles (et des plus tristes aussi) mise en scène dans une série selon moi. Sans doute parce qu’elle ne se concrétise à aucun moment. L’épisode Doomsday est un véritable crève cœur qui a suscité des torrents de larmes chez les fans.

série Doctor Who wallMon docteur reste sans conteste David Tennant, sexy en diable dans son imperméable beige et ses converses. Il a donné au docteur un caractère profondément humain et sensible, ainsi qu’un humour décalé irrésistible. Son départ de la série a été un tel déchirement pour moi que j’ai mis des jours à m’en remettre. Non, en fait, je ne m’en suis jamais remise …

 

 

2. VR5 (1995)

Cette série oubliée de tous a été un véritable ovni. Passionnée de réalité virtuelle, Sydney travaille pour une compagnie de téléphone. Suite à un accident, elle se retrouve dotée du pouvoir de communiquer avec l’inconscient des autres. Elle est contactée par une étrange organisation, la Commission, pour apporter son aide dans des enquêtes sensibles.

Les points forts de cette série fantastique étaient un parti-pris esthétique affirmé (ah les yeux verts de Sydney …), des effets spéciaux superbes et très audacieux, des scènes flirtant avec le surréalisme (quand Sydney visite les mondes intérieurs des autres) et la présence de Mickael Easton (absolument sublime dans le rôle de l’ami mystérieux).

Cette série, vraiment très intéressante et originale, ne compte hélas que 13 épisodes, faute d’avoir été suivie par le public.

 

3. Carnivàle (2003)

Cette superbe série ne compte hélas que deux saisons alors que six étaient prévues par Daniel Knauf.

Durant les années 30 marquées par le Dust Bowl et la Grande Dépression, une fête foraine ambulante, dirigée par un mystérieux grand patron et par l’affable Samson, arpente les Etats-Unis.

La série suit la montée en puissance de deux personnages dotés de pouvoirs surnaturels :

– Ben Hawkins qui possède notamment le don de guérison (mais aussi de destruction) qui rejoint la troupe de forains.

– Justin Crowe, un pasteur méthodiste qui possède le don de divination et qui cherche à créer une congrégation par le biais de son émission de radio grâce à laquelle il touche une foule grandissante.

Tous deux partagent des visions et des rêves étranges et angoissants.

Ce qui est vraiment intéressant dans cette série, c’est l’absence totale de manichéisme. Les personnages sont difficiles à cerner et absolument pas caricaturaux. L’ambiguïté fait partie intégrante de l’histoire.

Le dernier épisode de la saison 2 constitue une fin acceptable, même si elle n’est pas celle qui était prévue par le créateur de la série.

 

séries fantastiques supernatural

Castiel, Dean et Sam

4. Supernatural (2005)

Une série remarquable dans la constance de sa qualité. Actuellement dans sa onzième saison, elle n’a connu que peu de temps mort et sa longévité est assez remarquable dans le monde des séries fantastiques.

L’argument est relativement simple : deux frères, Dean et Sam Winchester, parcourent l’Amérique pour combattre démons, vampires, wendigos, sorcières et autres entités maléfiques. Chaque saison est parcourue par un fil conducteur (ou arc narratif) qui, s’il n’est pas forcément présent dans chaque épisode, permet d’assurer une continuité. Je cite quelques thèmes en vrac :  l’Apocalypse, les Léviathans, la guerre entre les anges et les démons, la marque de Caïn …

Ces arcs narratifs prennent de plus en plus d’importance avec l’évolution de la série. Les rapports entre les anges, les hommes et le démons devenant un motif récurrent.

La série doit son succès a un nombre important de paramètres :

série supernatural Satan

Lucifer

– un trio d’acteurs principaux à très fort potentiel d’explosion de foufoune (voir la photo ci-dessus), et des méchants pas vilains non plus (mention spéciale à Lucifer …)

– une playlist résolument tournée vers le rock, avec notamment des titres d’ AC/DC (groupe récurrent de la série qui lui donne sa signature musicale), The Doors, Led Zeppelin, The Rolling Stones, Scorpions, Def Leppard, Blue Öyster Cult, Muse Green Day, Alice in chains, David Bowie … A noter que Dean utilise très souvent les noms de ses chanteurs préférés comme pseudonymes de faux agents du FBI.

– un humour omniprésent (souvent à base de running gags)

– des dialogues très bien écrits

– des scénarios bien ficelés

– des objets emblématiques (l’Impala de Dean, le couteau de Ruby, les tablettes de la parole de Dieu …)

Bref, une série très agréable et prenante !

 

séries fantastiques Torchwood5. Torchwood (2006)

On a parfois présenté Torchwood comme une version pour adulte de Doctor Who dont elle est un spin-off (les deux noms de séries sont d’ailleurs des anagrammes).

On y retrouve en effet le Capitaine Jack Harkness (le superbe John Barrowman) rencontré dans l’épisode 9 de la saison 1 du reboot de 2005 (The Empty Child).

La création de l’institut Torchwood par la reine Victoria est aussi racontée lors de l’épisode 2 de la saison 2 (Tooth and Claw).

La série commence par la découverte par l’agent Gwenn Cooper de cet institut top secret, au dessus de la police et en dehors du gouvernement, chargé d’enquêter sur les phénomènes extra-terrestres. Elle finira par intégrer Torchwood, rejoignant ainsi l’équipe de Jack Harkness, composée de Suzie Costello, Owen Harper, Toshiko Sato et Ianto Jones. 

De nombreux liens se tissent entre les deux séries fantastiques, mais Torchwood aborde des sujets habituellement passés sous silence dans Doctor Who, comme la violence et le sexe (hétérosexualité, homosexualité, bisexualité, pansexualité). La série est beaucoup plus sombre et pessimiste. Les dialogues sont aussi plus vulgaires et les sous-entendus graveleux sont très fréquents.

La saison 3, qui ne compte que 5 épisodes, se termine par un épisode qui aurait pu être un excellent final. Cependant, une saison 4 suit et se termine sur un énorme cliffhanger. Depuis, plus de nouvelles, ce qui laisse penser que Torchwood est bien terminé.

 

6. Fringe (2008) séries fantastiques fringe

Plusieurs essais m’ont été nécessaires pour entrer dans cette série. Au début, je n’y ai vu qu’un sous X-Files sans grand intérêt et j’ai donc passé mon chemin.

Et puis, je suis retombée sur des épisodes qui m’ont intéressée. J’ai donc retenté ma chance … et j’ai bien eu raison ! Il faut reconnaître que les premiers épisodes sont assez médiocres, mais la suite compense largement !

Autant le savoir tout de suite, la trame narrative est d’une grande complexité (la série a été cocréée par J.J.Abrams … ça vous étonne ?)

Au début, tout va bien : Olivia Dunham, agent spécial du FBI est amenée à travailler avec un scientifique complètement givré, le professeur Walter Bishop (magistralement interprété par John Noble), et son fils Peter (il a très bien vieilli le Pacey de Dawson !) dans la section Fringe qui enquête sur des événements étranges (pyrokinésie, cryptozoologie, télékinésie, mutations, maladies rares, téléportation …) Rien de très original me direz-vous ? Que nenni !

L’affaire se complique avec l’apparition d’un univers alternatif qui est une autre version de celui dans lequel évolue les personnages (qui y ont d’ailleurs leurs doubles). Cet univers n’a pas toujours évolué dans la même direction que le nôtre et les personnages n’ont pas non plus suivi les mêmes parcours.

Compliqué ?

Ajoutez à ça:

– 3 futurs (le futur alternatif, le futur infernal et le futur apocalyptique),

– des observateurs chauves et mystérieux qui épient l’humanité depuis toujours

– un arc narratif reposant sur l’expérimentation du Cortexiphan, une drogue visant à accroître les pouvoirs psychiques, sur des enfants dont Olivia faisait partie,

et vous aurez une petite idée de la complexité de l’ensemble.

Très honnêtement, je ne me souviens pas de toutes les subtilités de la série, mais j’en garde un excellent souvenir.

Et surtout, la fin est réussie !

 

7. Misfits (2009)

Amis du bon goût et de la finesse, passez votre chemin !

Misfits s’affirme comme un condensé de grossièreté, de vulgarité et d’obscénité.

Le synopsis est ultra connu : 5 jeunes gens condamnés à des travaux d’intérêt général sont frappés par la foudre lors d’un violent orage. Ils découvrent peu à peu qu’ils détiennent des super-pouvoirs.

Là où la série innove, c’est justement dans l’originalité de ces pouvoirs et leurs liens avec la personnalité de leur détenteur. Ainsi, Simon est un jeune homme d’une timidité maladive et voyeur à ses heures. C’est tout naturellement qu’il reçoit le don d’invisibilité. Kelly (qui fait preuve d’une certaine empathie sous ses dehors de racaille) est télépathe, Curtis (le sportif en pleine ascension dont la carrière a été brisée par la possession de cocaïne) peut manipuler le temps et la belle Alisha (qui possède un tempérament d’allumeuse bien assumé) provoque une frénésie sexuelle chez toutes les personnes qui la touchent.

Attention spoiler !!!

Nathan, qui vit au jour le jour sans se soucier des autres ni des conséquences de ses actes, se révèle être immortel dans la saison 2. Il passera en effet toute la saison 1 à chercher son pouvoir, jusqu’à sa résurrection.

A l’image du générique, les épisodes sont complètement déjantés, et les dialogues extraordinaires de créativité ordurière. La palme revient sans conteste à Nathan (qui disparaît hélas à la troisième saison) qui passe son temps à injurier son entourage avec une verve qui va souvent jusqu’au lyrisme et qui montre une superbe maîtrise du mime obscène.

A voir absolument en V.O. pour apprécier l’accent et les trouvailles langagières.

 

séries fantastiques The Walking Dead8. The walking dead (2010)

Une série qui rencontre de plus en plus de détracteurs mais que je persiste à défendre.

Une épidémie a transformé une très grande partie de la population mondiale en zombies affamés de chair fraîche. Ceux qui ont été épargnés tentent de survivre.

D’abord, j’aime beaucoup le genre survival et les zombies. Ensuite, j’apprécie les ambiances intimistes et les huis clos. Alors c’est vrai que souvent les épisodes sont assez lents et qu’il ne se passe pas grand chose, mais je pense que l’intérêt de la série ne réside pas dans les scènes d’actions. Il s’agit plutôt d’une réflexion sur les rapports humains dans un monde en pleine décomposition (et c’est bien le cas de le dire), dans lequel tous les repères ont disparus. Comment survivre, s’organiser, gérer les rapports de force et la violence. Comment une nouvelle société peut-elle renaître, et sur quelles bases ?

L’évolution psychologique des personnages est aussi centrale. Comment un être humain peut-il réagir quand son environnement familier s’écroule, quand la civilisation vole en éclat ? Différentes réactions sont proposées selon les protagonistes : de l’altruisme au repli sur soi, de la raison du plus fort à un système communautaire basé sur l’implication de chacun, de la déshumanisation à l’empathie, toutes les pistes sont explorées. La question finale étant sans doute : jusqu’où peut-on aller, qu’est-on prêt à sacrifier pour survivre ?

Alors si vous cherchez une série d’action, vous risquez d’être déçus. Mais si vous êtes davantage intéressés par la dimension psychologique et sociologique, Walking Dead mérite le détour (et en passant, jetez aussi un œil à une autre série, In the flesh, qui traite le même thème avec pudeur et intelligence).

 

9. The Vampire Diaries (2010)séries fantastiques Vampire Diaries

Oui … je sais … mais j’assume ! Et je m’explique.

Cette série part avec des handicaps vraiment très sérieux :

– la filiation avec le très médiocre Twillight

– des acteurs au physique trop lisse et stéréotypé

– les livres dont la série est tirée sont … je ne trouve même pas les mots … lamentables, mal écrits, stupides, inconsistants …

Mais Vampire Diaries, après quelques épisodes très nunuches, finit par tirer son épingle du jeu et trouver sa place parmi les séries fantastiques en prenant d’office ses distances avec les romans. C’est même peu dire. En fait la série n’a en commun avec les romans que les noms des personnages !

Alors bien sûr, on reste dans le registre série pour ados, avec des personnages très attendus (les loup-garous, les sorcières, les anciens …) mais au fil des saisons, la série devient de plus en plus sombre. Le triangle amoureux Stefan/Elena/Damon fonctionne plutôt bien. Les personnages évoluent beaucoup et on sort assez vite du manichéisme de base. Il est très réjouissant de les voir se livrer à leur côté sombre.

Les personnages secondaires s’en tirent aussi plutôt bien. Les saisons sont un peu inégales en qualité et on peut déplorer quelques temps morts, mais, globalement, Vampire Diaries reste une série divertissante et reposante pour les neurones.

 

séries fantastiques game of thrones10. Game of Thrones (2011)

Je ne ferais à personne l’injure de présenter cette série (et que les puristes me pardonnent, j’ai conscience qu’elle ne relève pas du domaine des séries fantastiques mais plutôt de l’héroïc-fantasy mais je voulais vraiment l’intégrer dans ce classement)

Du sang, des seins, de la violence, de la politique, des intrigues tordues, des femmes nues, des dragons, des seins, le trône de fer, les marcheurs blanc, des seins, le mur …

Même si elle s’écarte parfois assez significativement du livre, la série reste excellente. Je dirais même que c’est tant mieux pour les lecteurs qui bénéficient ainsi de deux histoires !

J’adore l’ambiance hyper glauque, les barbares bodybuildés et les décors grandioses, tout autant que la réflexion menée sur les différents types de politiques. Là encore, pas de manichéisme. Les personnages sont nuancés et susceptibles de changement, d’évolution. Chacun possède sa vision du pouvoir et sera prêt à tout pour la défendre.

J’espère que la série conservera ce bel élan et que la fin sera digne de tout ce qui a été mis en place.

 

 

Voilà pour ce top 10. Bien sûr, je reste à l’affût de toutes les nouveautés et j’accepte volontiers tous les conseils d’amateurs de séries fantastiques pour découvrir de nouveaux horizons !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Miss Tcharafi

Mi-femme, mi-cyborg, je jongle entre Hi-Tech, littérature et cosmétiques. J'ai un avis sur tout et je le partage volontiers, d'autant plus que j'ai toujours raison. Mon but ultime est d'être Terminator avec du gloss.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *